Portrait de colistier : Jérôme Billaud

Découvrez le portrait du douzième colistier accompagnant ma candidature aux élections municipales de Chaudes-Aigues : Jérôme Billaud.

Sa formation de juriste constituera un bien précieux pour avancer dans la plupart des dossiers problématiques de la commune tels que Caleden et la piscine – une compétence hautement nécessaire, dans une municipalité qui a autant de dossiers à gérer. Jérôme aussi fait partie des investisseurs privés sans qui Caleden n’aurait pu naître en 2009, aujourd’hui pénalisés par la fermeture prolongée du pan thermoludique.

« Juriste de formation, j’ai passé un concours administratif et intégré l’Ecole pratique des hautes études (EPHE). J’y ai exercé différentes fonctions : responsable administratif de l’Institut européen en sciences des religions (IESR) créé en 2002 à l’EPHE à l'initiative de Régis Debray pour promouvoir l'étude du fait religieux sous un angle laïc ; puis responsable du service de la recherche et des études doctorales en 2007 lors de sa création à l'Ecole.

En 2014, j'ai également été chargé de la valorisation de la recherche. L’EPHE, grand établissement d’enseignement supérieur et de recherche, rassemble environ 3 000 étudiants et auditeurs répartis en trois sections : Sciences de la vie et de la terre, Sciences historiques et philologiques et Sciences religieuses ; et en 3 instituts, orientés vers la diffusion des connaissances autour de grands enjeux sociétaux : Institut européen en sciences des religions (IESR), Institut transdisciplinaire du vieillissement (ITEV), Institut des récifs coralliens du pacifique (IRCP).

En 2008, j'ai souhaité investir à Chaudes-Aigues dans un programme immobilier lié au centre thermoludique qui me paraissait prometteur, et qui devrait l'être. Face aux évolutions qui mettent en péril l'équilibre local, avec notamment la fermeture du centre thermal Caleden, j'ai pris la décision de m'investir en intégrant la liste de Stéphane Chaudesaigues.

Celle-ci a pour objectif de proposer des solutions pragmatiques et concrètes à l'issue d'un dialogue, qui doit permettre le retour d'une activité sereine au sein de la communauté caldaguèse. »

Nota bene : héritières et héritiers, à leur façon, des Auvergnats de Paris ou « bougnats », certain·es de nos colistier·es sont domicilié·es non pas à Chaudes-Aigues, mais à la capitale. Ce choix, en plus d’être parfaitement toléré par les règles électorales, est tout à fait réfléchi. En effet, les moyens techniques à disposition en 2021 permettent de travailler à distance sans difficulté aucune et, surtout, nous avons préféré mettre l’accent sur un cumul de compétences plus que sur une simple suite de noms.