Portrait de colistière : Cécile Chaudesaigues

Ma candidature aux élections municipales de Chaudes-Aigues a autant de visages que de colistiers. Le programme que je propose de mettre en place si je suis élu est un programme pensé, étoffé, bâti à plusieurs mains. Chaque colistière et colistier qui m’a fait l’honneur de rejoindre ma liste, l’a fait fort·e de talents et de spécialités qui lui sont propres. C’est cet équilibre de compétences que, semaine après semaine, je vous propose de découvrir, à travers les portraits de celles et ceux qui m’accompagnent. Le 15 mars 2020, vous serez amené·e à voter non pas pour un seul homme, mais bien pour une équipe, soudée et motivée.

Aujourd’hui, découvrez le portrait de la première colistière accompagnant ma candidature aux élections municipales de Chaudes-Aigues : Cécile Chaudesaigues.

« J’ai passé toute mon enfance en Suisse et, après le bac, je suis partie à l’étranger où j’ai été interprète pour le gouverneur de Baja California au Mexique, ainsi qu’à l’université de Loma Linda aux États-Unis. Après des études de droit et de langues,  je me suis ensuite orientée vers le tourisme et j’ai travaillé dans l’hôtellerie à Avignon. C’est dans cette ville que j’ai rencontré mon mari.

J’ai découvert Chaudes-Aigues il y a dix ans, lors d’une réunion familiale organisée à l’hôtel Beauséjour. J’ai eu un coup de cœur pour l’endroit et ses habitants. J’ai aussi mieux compris le sens du mots racines, qui poussait mon mari à revenir là d’où étaient ses ancêtres. Nous avons ensuite très vite acheté notre maison et organisé le premier Festival du Tatouage, qui fut un succès local, national et international.

La décision de m’engager dans l’aventure des municipales n’a pas été facile à prendre. En effet, c’est une grosse responsabilité et un travail à plein temps que de développer, aider, améliorer une commune telle que la nôtre.

Mais je pense aussi que l’on ne peut pas souligner qu’il y a des problèmes, et ne pas tout faire pour les résoudre. Sinon, cela veut dire que l’on fait soi-même partie intégrante du problème. Un engagement fort mais surtout immédiat pour notre village est à mon sens indispensable. Il ne s’agit plus d’attendre ou de différer les actions ou décisions – nous n’avons plus ce luxe. Il nous faut une nouvelle équipe municipale, motivée, forte, avec une vision d’avenir, n’ayant pas peur de se battre pour les intérêts et la survie de notre cité.

Pour celles et ceux qui ne le savent pas, je suis l’épouse de Stéphane Chaudesaigues ; depuis bientôt vingt ans, nous travaillons ensemble, que ce soit dans notre activité professionnelle ou encore l’organisation de séminaires ou de conventions. C’est donc naturellement que nous avons envisagé cette aventure ensemble, car nous sommes réellement complémentaires.

Nous avons des projets, les moyens de les mener à bien, de l’énergie, de la motivation. Nous ne lâchons rien et nous sommes conscients que si les choses ne changent pas en profondeur et rapidement, nous risquons des pertes irrémédiables pour notre économie et notre tissu professionnel et social.

Chaudes-Aigues a des atouts énormes. Il faut simplement une équipe municipale qui en soit consciente, qui les mette en avant, les développe, le fasse savoir. Nous ne sommes contre personne, nous voulons travailler pour Chaudes-Aigues. »

Portrait de colistière : Cécile Chaudesaigues

© Photographie et vidéo : Thierry Marsilhac