En mai, tatoue ce qu’il te plait

C’est une victoire pour toutes celles et tous ceux qui, depuis le 16 mars et la fermeture à marche forcée de tous les salons de tatouage et de piercing de France, ont milité pour une reprise de leur activité. La réouverture des shops, c’est pour le 11 mai.

Plusieurs semaines où le tattoo s’est tu

Dire que les semaines écoulées ont été teintées de doute relève de la litote. Comme des millions de leurs concitoyens, les professionnels français du tatouage et du piercing ont douté, voire craint pour leur avenir. À la mi-mars, au plus fort de l’épidémie de Covid-19 sur le territoire français, les salons de modification corporelle baissaient le rideau, laissant les prestataires à la merci de leurs épargnes et des aides étatiques… pour les mieux lotis.

Un objectif : rouvrir le 11 mai

Lorsqu’Emmanuel Macron s’est adressé aux Français le 13 avril, il a fixé comme amorce officielle du début du déconfinement, la date du lundi 11 mai 2020. C’est forts de cette date en ligne de mire que nous avons milité pour une réouverture prompte mais réfléchie, cohérente, maîtrisée, des studios de tatouage et de piercing. Nous, c’est l’association Tatouage & Partage et ses adhérents, mais aussi les professionnels de la modification corporelle du pays, le SNAT, sans oublier les simples amateurs d’encrage. À toutes et tous, je tire mon chapeau.

Une confirmation écrite du DGS Jérôme Salomon

Si reprise du tattoo et du piercing, il y aura bien à partir du 11 mai, ce nouveau départ devra être tout sauf anarchique. C’est ce qu’a confirmé Jérôme Salomon, que j’avais eu l’occasion de rencontrer en 2013 dans le contexte d’une possible interdiction de certaines encres couleurs. Dans un courrier à destination de Tatouage & Partage, l’actuel directeur général de la Santé (DGS) validait le protocole émis par notre association.

Quelles sont les nouvelles règles protocolaires pour un tattoo ou un piercing ?

La raison d’être de ce protocole ? Émettre une série de règles à destination des professionnels de la modification corporelle, mais aussi à celle de leurs clientes et clients. Disponible en intégralité sur le site de Tatouage & Partage, ce protocole inventorie toutes les mesures qui, si elles sont respectées, contribueront à un exercice serein du tattoo et du piercing, dans un contexte où le Covid-19 semble encore loin d’avoir dit son dernier mot. Quelques exemples :

  • les personnes voulant se faire tatouer ou percer doivent venir seules (sauf pour les mineur·es)
  • à l’arrivée du client, il doit y avoir un lavage des mains avec une solution hydroalcoolique mise à disposition à l’accueil
  • des gants doivent être portés par le tatoueur et le client, à changer toutes les 2 heures
  • un masque doit être revêtu à la fois par le client et le tatoueur
  • les effets personnels (clés, téléphones portables, etc.) doivent être mis dans des sachets à usage unique et placés hors zone de travail
  • l’aération des milieux et des pièces confinées doit avoir lieu pendant 15 minutes régulièrement, au minimum toutes les 3 heures
  • les produits de nettoyage utilisés par le prestataire doivent répondre aux normes NF 1040 et NF 1275

Je tatouerai de nouveau à partir du lundi 11 mai

À titre personnel, j’éprouve une grande joie à reprendre le dermographe, dans le cadre de la réouverture des studios Graphicaderme à partir du 11 mai. Des règles strictes, là aussi, devront être observées aussi bien par mes client·es que par moi-même ; elles sont détaillées sur le site officiel de Graphicaderme. En d’autres termes : si je ne vous sers pas la main ou ne vous fais pas la bise, ne le prenez pas personnellement – je reste infiniment heureux de vous revoir, et impatient de vous tatouer à nouveau.