Un second tour à Chaudes-Aigues… mais quand ?

Le mardi 17 mars 2020, La Montagne titrait que « les électeurs [de Chaudes-Aigues] auront un second tour ». Mais depuis, la date du scrutin est devenue plus qu’incertaine. Petit point sur ce que l’on sait.

Seulement 14 % des communes concernées par le report du second tour

Curieux paradoxe que celui vécu par le système électoral Français depuis une poignée de jours. Censé se tenir le dimanche 22 mars 2020, le second tour des élections municipales vient officiellement d’être reporté… tout en ne concernant que 14 % des communes françaises.

Pourquoi ? Parce que « la grande majorité des communes ont déjà élu leur conseil municipal dès le premier tour », rapporte le journal Le Monde. Selon le média, 30 143 communes ne sont pas concernées par la tenue d’un second scrutin, soit 86 % des villes françaises ; seules 4 779 le sont.

Dans ces quelques 30 000 communes, « le premier tour organisé le 15 mars a en effet déjà permis d’élire un conseil municipal complet », explique le média :

  • soit parce qu’une liste a obtenu plus de 50 % des voix dès le premier tour dans les communes de plus de 1 000 habitants
  • soit parce qu’un nombre suffisant de candidats a obtenu plus de 50 % des voix, avec une participation supérieure au plancher de 25 %, pour pouvoir élire le nouveau conseil municipal, dans les villages de moins de 1 000 habitants

Chaudes-Aigues devra bien avoir un second tour

Le dépouillement marathon dans la nuit du dimanche 15 au lundi 16 mars l’a acté : Chaudes-Aigues s’inscrit dans cette minorité de communes pour qui un second tour est inévitable. Dans notre village, seuls sept candidats ont été élus dès le premier tour : Marc Guibert, Hervé Caldaguès, Jean-Luc Boucharinc, Michel Brousse, Béatrice Rocher, Joël Costerousse et Philippe Smets.

Fallait-il maintenir le premier tour en pleine crise du coronavirus ?

La question qui prévalait jusqu’à alors était strictement sanitaire : fallait-il maintenir le premier tour de ces élections ? J’ai fait part, sur ce blog, de mes craintes, et ai déploré que le huis clos n’ait pas été enclenché, comme l’avait pourtant souhaité le maire sortant René Molines. « Le Covid-19 n’a pas freiné les électeurs Caldaguès », constatait La Montagne. Si une partie de moi se réjouit du taux de participation élevé, une autre ne peut qu’appréhender les conséquences d’un tel rassemblement de personnes.

Le ministre de l’Intérieur a repoussé la tenue du second tour au mois de juin 2020

Aujourd’hui, les interrogations purement sanitaires ont laissé place aux questions constitutionnelles. Le 16 mars 2020, le ministre de l’Intérieur a annoncé un décret pris en conseil des ministres le lendemain pour abroger le décret de convocation des électeurs pour les élections municipales. Dans la foulée, Christophe Castaner a aussi annoncé un projet de loi pour organiser le report du second tour des élections municipales à une date ultérieure, au plus tard au mois de juin 2020.

Voter uniquement pour le second tour ou tout revoter ? Les juristes sont partagés

Mais les juristes se déchirent sur le mode opératoire à adopter, car la situation est encore inédite à ce jour. Faut-il annuler le premier tour pour toutes les communes et tout recommencer, pour éviter que ne se chevauchent anciens maires et nouveaux édiles ? Faut-il valider le premier tour des 4 779 villes concernées et revoter uniquement pour le second, et ce des mois plus tard ?

« Certains juristes plaidaient pour une annulation pure et simple du scrutin, tout le monde étant logé à la même enseigne, élus au premier tour ou pas », explique le journal Libération. « D’autres proposaient de faire une exception pour les gagnants de dimanche dernier mais de réorganiser un premier tour pour les autres, rappelant que dans la loi, les deux tours forment un tout. Mais il aurait été délicat de ne pas prendre en compte le vote des citoyens que le Gouvernement a poussés à se rendre aux urnes malgré l’épidémie ».

Chaudes-Aigues ne devrait pas connaître son nouveau conseil municipal avant l’été

La conclusion ? Chaudes-Aigues n’est pas encore près de connaitre son conseil municipal complet pour le mandat à venir. Le Gouvernement l’a précisé : le mandat des équipes en place est prolongé autant que nécessaire. Aujourd’hui, reste à savoir si les Caldaguès ont toujours la tête aux municipales… ou si leur attention est tout entière portée sur leur sécurité et sur celle de leurs proches, en ces temps bien incertains.