Même pas pour 100 balles

Le verdict est tombé. Le mercredi 6 janvier 2021, le tribunal judiciaire de Paris a annulé la cagnotte Leetchi ouverte en janvier 2019 pour l’ex-boxeur et gilet jaune Christophe Dettinger, jugeant que cette collecte était « contraire à l'ordre public ». C’est une nouvelle fois le symbole qu’il faut réduire, détruire et broyer.

Christophe fait face « maladroitement », avec « sa » détermination, son courage, à une aberration politique. Il s’oppose à une dictature, un mouvement qui n’a pour seul but que de nous priver de nos libertés.

Maladroitement sans doute, parce qu’il « frappe » sur un bouclier et la visière d’un casque qui protègent un pauvre bougre, contraint d’exécuter les ordres, d’en haut, mais qui souffre des mêmes conditions réservées à ceux du bas.

Maladroitement, comme aurait pu le faire un des personnages d’Uderzo – pour ne pas nommer Obélix – qui, d’un seul uppercut, assomme le  premier légionnaire d’une longue série.

C’est une fois encore le symbole qu’il faut écraser et anéantir, pour ne pas laisser germer les graines de la révolte, afin de museler les esprits suspicieux, curieux ou contestataires.

De la France du Maréchal à celle des Gaulois d’Astérix, il apparaît plus simple d’être désignés comme des complotistes, faute d’être taxés « d’anarchistes ».

Je n’encourage pas la violence. Mais au-delà du symbole, qu’a-t-il fait ?

Et eux, dans les faits, que nous font-ils subir ?

Sincèrement, qui fait outrage à la République ?