Calomnie : des documents prétendument falsifiés pour le tribunal d’Aurillac

En cette période d’élections municipales, je suis heureux de constater que l’ambiance, malgré l’incertitude, reste sereine, courtoise et plutôt sympathique au village.

Malgré des potins dans certains commerces, aucune autre liste ni même aucun autre candidat ne se sont manifestés de façon officielle pour le moment.

Vous avez été plusieurs à me questionner par e-mail ou même au village sur ce qui pourrait sembler s’annoncer comme une vilaine rumeur. Y répondre ici calmera, je l’espère, les langues sales.

Nous avons été contraints de nous défendre au Tribunal correctionnel d’Aurillac, suite au dépôt de plainte de certains de nos voisins.

Aucune discussion possible n’ayant été engagée, nous n’avons eu, comme seule arme de défense, que de suivre les procédures judiciaires. Et nous avons gagné.

Oui, tout simplement gagné contre une procédure engagée sans fondement. Et nous avons aussi remporté au Tribunal, la procédure que l’ABF avait initié contre nous.

Quoi qu’il en soit, pour enrayer les vilains propos d’un voisin qui semblerait enclin à s’engager dans une campagne (tout au moins de diffamation, à défaut de campagne municipale), je tiens à affirmer ici que nous n’avons bien évidemment falsifié aucun document pour orienter la décision du juge. Et que si des tentatives de falsification avaient été faites, il y avait des avocats face à nous, mais aussi le procureur et un juge qui auraient demandé les expertises et recherches s’ils avaient eu le moindre doute. Nous avons toujours été de bonne foi et c’est ce qui a été retenu par le tribunal.

Il est une chose que  de dire vouloir œuvrer pour son pays ; il en est une autre que de vouloir coûte que coûte faire barrage à un candidat aux élections municipales.

Il serait plus sage de travailler à un programme et de le défendre, plutôt que de calomnier les autres inutilement.