Démission d’un conseiller municipal de Chaudes-Aigues : qui a peur de Jacky B. ?

Remarques préliminaires : cette analyse est tirée du procès-verbal du conseil municipal contenant le détail de la partie en huis-clos, qui nous a été envoyé par la mairie. Vous trouverez l’intégralité de ce PV en accès libre ici. Nous ne faisons que rapporter et expliquer les éléments cachés par Caleden, mais qui sont donnés par les assurances et les experts dans leurs différents rapports.

#1

Notre commune va encore briller – mais en cette veille de fêtes, cela ne sera pas dû à Noël… Nous aurions bien entendu aimé que cela soit grâce aux décors, aux guirlandes et aux sapins. Mais malheureusement, cela sera grâce aux décisions sans fondement prises par notre conseil municipal.

Car en plus de ne pas s’occuper du dossier Caleden, ils prouvent encore une fois n’en avoir aucune connaissance, et ils nous apportent la preuve que nos conseillers municipaux obéissent à Monsieur Achalme, le président directeur général de Caleden.

#2

Ce conseil municipal du 24 octobre 2019 a été aux trois quarts mis en huis-clos, à la demande de MM Brandély, Chevarin, Irle, Rieutort et Mme Fourestier. On se demande ce qu’ils ont à cacher pour prendre une telle décision : vont-ils user du huis-clos jusqu’à la fin du mandat et ainsi bafouer les principes mêmes de la citoyenneté ?

Alors les conseillers et le maire répondront sûrement que c’est pour garantir l’ordre public car le public sème le trouble. C’est non-seulement complètement faux, car ce sont les conseillers municipaux qui s’en sont pris verbalement et physiquement à nous lors du conseil municipal de septembre, alors que le maire nous avait donné la parole. Mais cela semble être une façon trop habituelle de faire, dont nous avions eu un aperçu lors de la réunion du 4 avril 2019 au cinéma, où monsieur le maire avait insisté sur le fait qu’il ne voulait ni caméra, ni question, ni débat.

#3

Par conséquent, une des questions qui ne devait pas avoir de témoin était la demande de renvoi de Monsieur Jacky Baumgartner du conseil d’administration de Caleden, où il siégeait en tant qu’administrateur désigné par la mairie pour représenter les 20 % de parts de la SAEM détenues par la commune. Les deux autres conseillers municipaux à faire partie du CA de Caleden sont MM. Brandély et Molines.

La question est de savoir si le conseil municipal va accéder à la demande expresse de Monsieur Achalme ; ce n’est pas de savoir quelle serait la « faute » que Monsieur Baumgartner aurait faite pour être « renvoyé » du conseil d’administration de Caleden. Ni même de quel droit Monsieur Achalme s’immisce dans le conseil municipal pour lui dicter ce qui doit être fait.

#4

Alors pour faire court et clair, l’erreur de Monsieur Baumgartner a été de chercher des réponses aux questions qu’il se posait telle que la fermeture du thermoludisme et la gestion du dossier Caleden. Réponses qu’il n’a pas réussi à obtenir ni de la part de la direction de Caleden ni par le maire. Il est donc venu les chercher lors d’une réunion publique d’information de l’association Chaudes-Aigues Village Développement. Réponses et informations qu’il a ensuite voulu confronter avec la direction de Caleden, ce qui lui a valu cette demande de renvoi. Une demande d’exclusion votée à l’unanimité par le conseil municipal de Chaudes-Aigues ce 24 octobre 2019.

#5

La conclusion de cette demande et de ce vote est que, tant Monsieur Achalme, vice-président du conseil départemental et PDG de Caleden, que notre maire et ses conseillers municipaux, ne veulent pas de gens qui posent des questions ou qui travaillent sur les dossiers importants qui occupent notre commune et notre économie.

L’omerta et le boycott doivent impérativement être remplacés par le dialogue, l’information et la bienveillance. Cela ne peut et ne doit plus durer.

#6

Le conseil municipal reconnaît la pertinence des questions de Monsieur Baumgartner, mais le fait que les médias aient pu signifier lors de sa venue à la réunion de CAVD qu’il était conseiller municipal fait qu’il a été assimilé à Chaudes-Aigues Village Développement. Et donc, ce serait cela sa faute, sa très grande faute ? Avoir cherché à faire ce pourquoi il a été élu : défendre les intérêts des habitants de la commune ?

Alors le conseil municipal reconnaît la pertinence des questions, mais ne cherche pas à trouver les réponses, pas plus que Monsieur Achalme ne souhaite les donner. Comme le dit Monsieur Baumgartner au conseil municipal pour expliquer son inquiétude quant à la gestion du dossier thermoludisme, le discours de la direction de Caleden est passé de « tout va bien » à « on va essayer de ne pas faire faillite » en l’espace de deux conseils d’administration. Cela aurait dû inquiéter tous les membres du conseil d’administration, pas seulement Monsieur Baumgartner. Mais là encore, Monsieur Achalme leur a interdit question ou déclaration.

#7

Dans la discussion, Madame Gibelin (censée être dans l’opposition) félicite Monsieur le maire « d’être resté à sa place »… Mais ce qui peut et doit être reproché à Monsieur Molines, c’est justement de ne pas avoir pris sa place dans ce dossier. En effet, il est détenteur de quasi 20 % de Caleden, ne sait pas quand les travaux commencent, ne connaît pas le dossier, et suit les ordres de Monsieur Achalme. Il doit des comptes aux habitants et professionnels qui dépendent du thermoludisme pour vivre et faire marcher leurs entreprises.

Et malgré les dires de Madame Gibelin, ce n’est pas le fait de parler du dossier Caleden « qui donne une mauvaise image du village à l’extérieur », mais c’est le fait que le thermoludisme soit fermé, que le bâtiment ait l’air abandonné, que les politiques locaux ne s’occupent pas du dossier, et que la direction de Caleden nous balade depuis plus d’un an : commenceront, commenceront pas les travaux du Plan Thermal ?

La vérité ne donne pas une mauvaise image du village ; en revanche, elle fait ressortir l’incompétence de ceux qui ont pris de mauvaises décisions ou n’ont rien fait. C’est cela qui les dérange.

#8

Pourquoi, comme l’a demandé Monsieur Baumgartner, l’assurance dommages-ouvrage n’a pas été enclenchée en septembre 2018 ? Le problème était réglé en quelques semaines. Non : la direction de Caleden, donc MM. Achalme et Dolon, a préféré tenter un coup de poker qui nous a tous mis en danger. Et mettre en route une procédure judiciaire longue et périlleuse pour l’économie locale.

#9

Monsieur le maire dit que le fait d’avoir assisté « à une réunion de CAVD a créé un amalgame ». C’est-à-dire ? Un amalgame avec quoi ? Quel est le problème à vouloir assister à une vraie réunion publique d’informations ? On sait déjà ce que donnent celles organisées par la direction de Caleden et le conseil municipal en termes de réponses et informations :

La réunion d'information sur la fermeture de l'espace thermoludique Caleden vire tragi-comique

#10

Sébastien Batifol, quant à lui, poursuit en disant qu’il y a « des spécialistes, notamment l’assistant au maitre d’ouvrage ». Une fois qu’on a dit ça, on a dit quoi ? A priori rien, puisque l’assistant au maître d’ouvrage n’est responsable d’aucune décision. Le maitre d’ouvrage étant Caleden, si l’assistant maitrise d’ouvrage fait une erreur, c’est uniquement en appliquant les décisions de la direction de Caleden et de l’architecte. Il faut faire taire cette rumeur infondée répandue depuis des années selon laquelle M. Barcelo serait responsable des malfaçons de Caleden.

En effet, il n’a pas dessiné ou validé les plans, n’a pas fait les études techniques, n’a pas mal posé le pare-vapeur sur la toiture, n’a pas omis de prévoir une ventilation : tout cela est le fait soit de l’architecte, Caleden, les bureaux d’études ou les artisans.

#11

En somme, à ceux qui répandent cette rumeur, nous demandons d’apporter les preuves de leur propos afin d’éclaircir une bonne fois pour toute la situation. Sinon, il vaut mieux tout simplement arrêter de raconter n’importe quoi. Monsieur Batifol étant dans le BTP, il sait mieux que personne comment fonctionne un chantier et il sait donc ce qu’est un assistant maitrise d’ouvrage. C’est en effet comme si on reprochait à l’assistant du metteur en scène qu’un film soit mauvais.

#12

Pour répondre à Monsieur le maire également, ce n’est pas l’expert judiciaire qui donnera l’autorisation ou non de faire les travaux, mais le juge chargé de cette procédure. Mais cela pourrait durer des années d’autant plus que, comme nous vous l’avons annoncé, les assurances des artisans ont attaqué Caleden en justice, ce qui rajoute de la procédure à la procédure déjà sans fin.

#13

M. Orlhac, quant à lui, dit que Monsieur Baumgartner « de fait […] devrait présenter sa démission au conseil d’administration de Caleden ». Mais pourquoi ? Quel est le problème à poser des questions et faire ce qu’un conseil d’administration devrait faire ?

#14

M. Baumgartner dit qu’il est dommage que la décision de fermer le centre thermoludique n’ait été basée que sur l’avis de l’expert mandaté par Caleden. Expert qui, rappelons-le, travaille aussi sur le projet du Plan Thermal pour une facture de presque 400 000 euros. Là aussi, une question demeure : comment cette facture a été réglée par la SAEM ? Serait-ce grâce aux 700 000 euros que le conseil départemental a attribués à Caleden récemment ?

Ce à quoi Monsieur Brandély répond que non, c’est l’expert nommé par le tribunal qui a pris cette décision. Voilà encore un parfait exemple de ce qu’est leur méconnaissance du dossier, qui est d’autant plus impardonnable dans le cas de Monsieur Brandély puisqu’il est également au conseil d’administration de Caleden et qu’il est donc plus que quiconque censé connaître ce genre de détails, puisqu’il participe aux votes de ces décisions.

Comme M. Brandély pourra le voir dans la liste des experts pour 2019 accessible ici, M. Vigier du cabinet Sylva Conseil n’apparaît pas dans la liste des experts judiciaires (à lire à partir de la page 185). Il n’a donc en aucun cas pu être mandaté par le TGI d’Aurillac.

#15

De plus, en se fiant au rapport de ce même expert (s’ils l’avaient lu, ils le sauraient), seules quelques pièces de la charpente sont abimées et auraient pu être remplacées afin de, comme le souligne Monsieur Baumgartner, garder le centre thermoludique ouvert, et cela même pendant les travaux du projet du Plan Thermal.

#16

Monsieur Molines précise que cela n’aurait été possible qu’avec l’accord de la commission de sécurité ; mais pourquoi ne pas avoir fait venir cette commission avant de fermer, pour savoir si cela était réellement nécessaire ? Où était cette commission lors de la chute de la lauze ?

Monsieur Orlhac estime « que le travail de l’expert est d’évaluer les risques et de préconiser les décisions de mise hors de danger ». Cela serait vrai si cette expertise avait été effectuée par un expert judiciaire ; mais là, ce n’est pas le cas. C’est un expert privé engagé par Caleden.

#17

Monsieur Molines termine en disant qu’il n’y a pas de rancœur à avoir vis à vis de Monsieur Baumgartner ; cela est évident, car Jacky n’a rien fait de mal. En revanche, cette décision de l’exclure du CA de Caleden a amené Jean-Jacques Baumgartner à démissionner du conseil municipal. En effet, comment travailler et avoir confiance en vos colistiers après qu’ils vous ont désavoué de cette façon ?

#18

Qu’en est-il de l’avis des gens qui avaient voté pour lui ? Que vont-ils penser de cette décision du conseil municipal ? Nos conseillers municipaux, qu’ils fassent ou non partie du CA de Caleden, devraient faire ce pourquoi ils ont été élus : défendre les habitants et les professionnels ainsi que leur village.

En solidarité avec Jacky Baumgartner, les autres membres du conseil d’administration de Caleden devraient eux aussi démissionner.

#19

M. Dumazel s’est porté volontaire, face au fait que personne ne voulait de la place, pour prendre le siège vacant de M. Baumgartner. Nous espérons qu’il fera plus pour rouvrir le thermoludisme que ce qu’il a fait en tant qu’écologiste pour protéger le Remontalou des dysfonctionnements de notre station d’épuration.

#20

Pour conclure, il ne faut pas perdre de vue qu’une fois que tous ceux qui sont à la tête du département et ou de Caleden changeront de poste ou seront élus ailleurs, et que les élus municipaux continueront à se voiler la face ou ne seront plus aux commandes, eh bien les habitants de Chaudes-Aigues, eux, resteront. Ce sont ces mêmes habitants qui verront leur centre thermoludique toujours fermé, et qui paieront la facture.

Je m’y refuse et rejette tout fatalisme : ce positionnement que je défends a participé à ma décision de présenter ma candidature aux élections municipales de la commune.

Le livret de CAVD sur la démission de Jacky Baumgartner (cliquez sur l'image)