Le corps, dernier espace de liberté que l’on s’apprête à nous retirer

Le coup de gueule du mois – voire de l’année – est, sans surprise aucune, dédié de bon cœur à l’interdiction qui pend aux nez de tous les tatoueurs professionnels de France : celle de rendre illégale l’immense majorité des encres de tatouage couleur.

 

Désolé, votre corps ne vous appartient plus !

Vous faites partie, comme moi, des esprits simples qui considéraient leur corps comme l’un des derniers espaces de liberté personnelle ? Vous estimiez avoir le droit d’en disposer comme bon vous semble, de le parer à votre guise, d’en faire ce que vous voulez ? Dommage : malheureusement, la loi n’est pas, n’est plus de cet avis.

 

Un principe de précaution qui démange…

Sous couvert de principe de précaution, les encres de tatouage couleur s’apprêtent à disparaitre si nous n’agissons pas. J’aime le noir et blanc.

Mais j’aime aussi ma liberté. A bon entendeur !