L’Union du Cantal - Chaudesaigues candidat sur… Chaudes-Aigues

« À l’offensive sur le dossier du centre thermoludique, à la tête de l’association Chaudes-Aigues Village Développement, Stéphane Chaudesaigues a officialisé mardi sa candidature », rapporte L’Union du Cantal. Découvrez le contenu de l’article dans son intégralité.

C’est par une lettre adressée à tous les habitants de Chaudes-Aigues que Stéphane Chaudesaigues, tatoueur et président de l’association Chaudes-Aigues Village Développement (CAVD), a annoncé mardi publiquement sa candidature aux municipales. Un engagement qui ne faisait pour beaucoup plus guère de doutes au vu de son investissement, à charges, sur le dossier du centre thermoludique.

Dans son courrier aux Caldaguès, Stéphane Chaudesaigues précise cependant : « Ma candidature ne doit pas être vue comme étant dirigée contre une ou des personnes. Elle est au contraire au-dessus de la politique […]. Nous ne voulons pas nous inscrire dans une opposition quelconque. Nous sommes tout simplement pour Chaudes-Aigues ». Celui qui a porté le Festival du Tatouage dans la cité se présente comme un candidat libre, hors de toute appartenance aux grands partis politiques « car les limites des uns et des autres sont devenues floues ».

Quant à ses colistiers, il annonce une « liste nouvelle, jeune, dynamique, avec une vision et des connaissances acquises dans les métropoles, mais qui a choisi de s’investir à Chaudes-Aigues ». Et dévoile déjà une méthode et des leviers d’action une fois élus : avec l’engagement d’organiser chaque mois un « conseil citoyen au cours duquel habitants et professionnels locaux pourront venir exposer leurs idées, projets, problèmes que nous accompagnerons ou règlerons au plus vite ».

Le candidat livre en outre sa vision d’une intercommunalité « au service du village » : « La coopération entre Chaudes-Aigues et les villes alentour peut et doit servir aussi bien les intérêts des villages voisins que ceux des Caldaguès. En mutualisant les moyens, sans pour autant pénaliser les petites communes au profit des plus grandes villes ».

Dans son courrier, Stéphane Chaudesaigues affiches ses dix ambitions pour la cité thermale, la seule selon lui « en proie à une série de difficultés » [erratum : je rappelle que Chaudes-Aigues est la seule station thermale du département, mais je n’avance pas qu’elle est l’unique station thermale à rencontrer des difficultés]. Sans surprise, il compte travailler à la réouverture complète du centre thermal et thermoludique « le plus rapidement possible et attirer toujours plus de curistes », mettre l’accent sur le pôle médical de Chaudes-Aigues, « avec en priorité absolue le recrutement d’un ou plusieurs médecins généralistes ».

Il entend de nouveau faire couler l’eau – « cet or chaud » – dans les rues et les fontaines afin d’attirer les touristes. Également au programme : une révision urbaine « pour rendre la commune plus accessible, plus accueillante et plus sûre ». L’agriculture figure également dans ses priorités avec la volonté de revaloriser ce secteur, « les agriculteurs et les agricultrices, avec des initiatives pensées pour et avec eux ». Il compte par ailleurs développer un accueil pour la petite enfance (crèche, maison d’assistances maternelles…) et trouver des solutions d’accompagnement pour les seniors pour « leur rendre la vie plus douce grâce à des projets d’aménagement de logements adaptés en centre-bourg et en augmentant les capacités d’accueil ».

Redynamiser le commerce, l’activité et le tourisme dans le centre-bourg est un autre objectif pour lequel il projette la création d’une école des arts graphiques « avec 150 inscrits sur deux ans ». L’événementiel est présenté comme un autre axe de développement pour le tatoueur candidat en bénéficiant d’un « impact médiatique national et international et de retombées économiques locales et régionales ». Il milite enfin pour une politique d’accueil et d’accompagnement de nouveaux habitants, « 250 personnes travaillant aujourd’hui à Chaudes-Aigues sans y résider ».

« Je ne suis pas né ici mais j’ai choisi d’y vivre, d’y installer ma famille alors que, finalement, tout aurait été certainement plus facile ailleurs », écrit le candidat qui rappelle ses racines caldaguèses et affiche son ambition d’insuffler du renouveau à la cité.